Une escapade dans le Pays Basque Espagnol

A peine les frontières ouvertes que nous nous précipitions en Espagne !! Au programme, détente, playa, tapas, et repos ??? Hum sur le papier c’était plutôt le plan, bah en réalité on n’a pas pu résister à crapahuter partout ! Allez je vous embarque avec nous pour un week-end « repos » pour nous ! Du coup qu’est-ce que c’est quand c’est normal ??!

Nous finissions tout juste de travailler, que hop nous partions vers le soleil espagnol ? Ou devrais-je plutôt dire la pluie ? Vous savez c’est un peu comme lorsque je remonte en Bretagne et que je me rapproche de Saint Brieuc, il fait de plus en plus sombre, et on sait qu’il va falloir déclencher les essuie-glaces… Après dès qu’on se rapproche du Finistère il fait beau (oui oui !!).

Ce fût pareil !!

1er stop : Zumaia (les Flysch)

Un piquenique aux bulles le vendredi soir sur la plage dans le lieu mythique où ont été tournées des scènes de Games of Thrones, plutôt sympa non ? Sauf quand il pleut !! Au début j’étais un peu grogro, puis Dam m’a dit « attend tu me parles tout le temps que tu as trop chaud, tu l’as ton crachin breton ». Pas faux.

Au final c’était top ! La petite brume était rafraichissante, on s’est réchauffé aux bulles, et surtout nous avions la plage pour nous tout seuls !! On a pu se faire un concours de lancer de cerises, ma passion ! Je vous laisse deviner qui a gagné ?!

2ème stop : Bilbao

Ce ne fût pas vraiment un stop à proprement parlé puisque nous avons logé à Bilbao les deux nuits. Donc je parlerai de Bilbao dans sa globalité sur les deux jours.

Pour être honnête, je partais un peu avec un apriori négatif. Je n’avais pas spécialement entendu du bien de cette ville, « c’est pas très beau et industriel ». Que ne fût pas notre surprise de nous réveiller sous un grand soleil, en plein dans le vieux centre de la ville, entourés de vielles maisons colorées. Pour info, notre hôtel : Basque boutique, c’est presque comme un hôtel mais il n’y a pas de réception mais des codes d’accès (un peu comme ce que j’ai eu en Islande). Chambre super, design et propre, avec petite table pour prendre le petit déj. Seul bémol, il n’y avait pas de frigo, Dam a donc du manger du pain nut au lieu de ses flocons d’avoines (on est d’accord, il gagnait au change haha).

Cessons de blablater, comme d’hab, nous étions en retard. Pourtant la veille on s’était quand même dit « c’est vraiment dommage que le musée n’ouvre pas plus tôt, car quand même 11h c’est tard » (nous avions acheté les billets sur internet pour ne pas faire la queue).

Nous avons donc marché vite (enfin moi c’était petite course à côté de Dam, avec ses grandes enjambées !!). Malgré cette course effrénée (lol), nous nous sommes fait la réflexion que la ville était vraiment jolie, d’autant plus que nous longions le quai avec de belles maisons, et une succession de ponts assez design. Nous sommes arrivés avec le quart d’heure habituel de retard au musée Guggenheim (peut-être même un peu plus puisque nous avons poussé notre retard en faisant des photos devant le chat !). On était même large puisqu’il n’y avait strictement personne, mais genre personne ! Cette période est quand même assez bizarre, masques obligatoires, pas la foule. Mais qui va s’en plaindre d’avoir un musée pour lui tout seul ?

le chat !!

En tout cas, l’extérieur du musée était déjà très beau (pour info, même Architect, Franck Géhry, que le bâtiment de la fondation Louis Vuitton à Paris, que j’aime beaucoup).

L’intérieur est tout aussi riche. Parfois dans les musées, il y a des collections ou des salles un peu moins bien que d’autres. Ici, tout était bien et franchement les 2h30 de visites sont passées trop vites ! Je conseille vraiment ce musée, qui est assez ludique. Nous avons tous les deux partagé cet avis. En plus on s’est bien amusé !! Évidemment j’ai tenté de prendre des photos, mais je me suis faite engueuler hihi

Le midi (enfin on pouvait presque parler d’avant gouter !!) : des tapas dans les petites ruelles de la vieille ville, mais bon pas fan. Je trouve que c’est trop gras. Qu’on se le dise, nous ne venions pas en Espagne pour bien manger !!

L’après-midi, nous avons fait autre chose (notre 3ème stop).

Le dimanche matin, nous nous sommes un peu plus baladés dans les ruelles de la ville, j’adore tellement ce genre de petite rues trop trop mignonnes. Encore une fois, il n’y avait presque personne ! On a compris ce jour qu’il y avait eu un cluster à Bilbao deux semaines plus tôt, d’où la vigilance des locaux et le peu de tourisme.

3ème stop : Saint jean de gaztelugatxe

A l’espagnol, San Juan, avec l’accent évidemment ! Vous pouvez même m’imaginer parler espagnol, oui oui je vous autorise même à rigoler !!

Je voulais aller dans cet endroit depuis mon arrivée à Pau, puisqu’en bonne élève j’avais lu avec attention mon guide Lonely Planet (béarn/ Pays Basque).

Gaztelugatxe est un îlot sur la côte de Biscaye au Nord de Bilbao, à 200 m du rivage auquel elle est reliée par un pont piétonnier, et pour accéder au sommet, un immense escalier.

Malheureusement l’accès à San Juan était fermé, un peu déçue de ne pas pouvoir y aller. La déception a été vite oubliée car nous avons trouvé une rando. Je tiens à préciser et vous le constaterez sur les photos, mes tenues du we « de ville, style détente » n’étaient pas vraiment adaptées à une rando sans chemin, dans les fougères haha. En tout cas cette petite balade nous a permis de surplomber l’ilot magnifique.

Nous avons continué, c’était top, puisque le pays basque espagnol est encore plus vallonné que le pays basque français, donc d’un côté des grosses collines et de l’autre les vagues venant déferler sur les falaises abruptes.  Et surtout beaucoup de vert, oui oui il pleut beaucoup dans le sud-ouest.

Il y avait un petit côté Indonésie.

Évidemment nous nous sommes aventurés dans les falaises, car en voyant la plage bondée au loin, cela ne nous a pas vraiment donné envie. Et nous avions quand même envie de nous baigner !

Dam m’a dit « ça passe ». Je ne sais pas vraiment si ça passait mais en tout cas nous y sommes allés.

C’était superbe, passage dans des trous dans la roche, escalade, petit saut de cailloux en cailloux. A un moment passage scabreux et j’avoue que j’ai eu un peu peur car j’ai un peu le vertige…

Nous avons trouvé un spot pour nous baigner car comme la mer montait, avec les rochers, le courant et les vagues c’était un peu chaud pour se baigner. Une espèce de piscine naturelle, seuls au monde. Niveau distanciation sociale, on était pas mal !!

Il ne fallait pas tarder à revenir avec la mer montante, sinon on risquait de se laisser prendre par la marée.

Il était déjà 20h, le soleil commençait à décliner, juste magnifique avec les falaises.

Nous avons fait le retour plus speed, enfin pas non plus à fond puisqu’il y avait des montées de malade !! Ici pas de soucis pour se trouver des côtes pour faire des séances de course à pied !!!

Au moment du coucher de soleil, gros brouillard venant de l’arrière pays est arrivé, j’aime bien ce genre d’ambiance.

Nous étions déjà calés aux heures espagnoles. 21h30 au resto normal. Restaurant bien sympa sur les hauteurs pas loin de San Juan, et typique. Quasiment personne dans le resto. Un bon poisson. Par contre comme le midi, la préparation un peu trop grasse à mon goût, on a vraiment pas l’habitude que tout soit fait à base d’huile à outrance.

4ème stop : les flysch again

Effectivement encore ! Sauf que cette fois on y a passé plus de temps, le dimanche.

Déjà parce que nous sommes allés à une cidrerie. La première étant complète (cette fois il y avait enfin du monde), nous nous sommes rapatriés vers une cidrerie plus difficile d’accès, du coup nous étions seulement deux couples ! C’était vraiment au milieu de nulle part, avec plein de chats (j’adore !!).

Test de la cidrerie, pour la première tournée c’est le monsieur qui nous a montré. Comme on voulait tester par nous même, il a bien fallu se reprendre une tournée ! En gros c’est servi dans des énormes tonneaux, le but étant de faire couler le cidre dans son grand verre, tout en l’éloignant le plus possible du tonneau, puis le déposer par terre. Ensuite la seconde personne (moi), fait le chemin en sens inverse. Forcément, j’ai un peu buggé et je m’en suis aspergée un peu partout sur le bras et sur les pauvres malheureux autres clients (en même temps quelle idée de se mettre si près alors qu’ils avaient l’embarras du choix pour se placer dans le resto !!).

L’après-midi, rando !! Dans une tenue tout à fait adaptée ! Heureusement quand même que j’avais pris mes runnings !

Nous étions sur le GR11. Il y a un sentier qui relie Deba à Zumaia, nous avons laissé la voiture un peu plus loin puisque nous ne pouvions pas tout faire en aller-retour, c’était un peu short niveau temps.

On a commencé par se tromper, en voulant rejoindre la côte par une grande étendue herbeuse en descente, sauf qu’au bout il y avait des chevaux mais ça ne passait pas. Nous avons donc remonté et suivi le chemin (c’était plus simple quand même).

Nous sommes arrivés sur la plage et ses étendues de flysch. Émerveillement total. Franchement de toute beauté. C’était marée basse nous avions de la chance. Il y avait des algues vertes par moment, et même si en temps normal, elles gâchent le littoral, là je trouvais qu’avec les couleurs c’était sublime. Nous avons eu la bonne idée de faire la plage en marchant, sauf que ce n’était pas une plage, mais des énormes galets. Cette plage fût très longue, car on n’avance clairement pas du tout vite. En tout cas c’était magnifique ! Nous sommes arrivés sur la pointe, avec encore des flysch.

Les flysch m’ont fait penser à la sortie cailloux de 1er S en SVT, que j’avais trouvé ultra ennuyeuse, pfff est-ce que j’ai une tête à dessiner des cailloux ?? J’avoue la géologie ne m’intéressait pas ! Ici, grâce à mon Damien, qui m’a expliqué, je me suis presque réconciliée avec les cailloux !! C’est incroyable de voir ce que la nature peut créer en plusieurs millions d’années…

Cette fois nous avons repris le chemin, en remontant pour avoir la vue, à la fois sur ce que nous venions de faire et sur la plage de vendredi soir à Zumaia, qui, cette fois, était bondée !!!! Presque méconnaissable ! Malheureusement, comme il était déjà un peu tard nous n’avons pas pris le temps de nous baigner, pourtant ce n’était pas l’envie qui nous manquait, car il faisait super chaud.

Nous avons fait le retour un peu plus dans les terres par le camino de Santiago, avec vue sur la mer au loin. Nous marchions dans l’arrière-pays verdoyant.

5ème stop :

Pour bien terminer ce séjour, dernier stop, attention, là je vais envoyer du rêve : sur une aire d’autoroute française, pour piqueniquer sur un parking autour de camions haha. Cela fait rêver ??!! En vrai, nous avons quand même eu un magnifique coucher de soleil au-dessus du flunch !!

Une réflexion sur “Une escapade dans le Pays Basque Espagnol

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s