3 jours de randonnée aux Cinq Terres, Italie

Mon rêve de partir aux cinq terres et ce rêve a été exaucé

Nous avons parcouru les fameux petits villages de Levanto à Porto Venere, en 3 jours  de randonnées (50km), en prenant notre temps, en nous baignant et surtout en profitant de la dolce vita comme nous aimons en amoureux…

Jour 1 – De Levanto à Vernazza – 15 km/700 m D+

Départ de Levanto assez tardivement (merci aux bouchons pour venir et au pont de mai…)

Levanto est le premier village des 5 Terres et notre objectif était de longer la totalité de la côte.

A 14h30, nous commencions notre périple sous la chaleur (quasiment 30 degrés), en traversant le petit village, le long de la mer.

Puis une montée progressive par un petit chemin sur lequel nous étions vraiment seuls sous une chaleur de ouf ! Col de Monte Ve o Focone – chemin 571

Petit aparté concernant les chemins :

  • achat d’une carte avec les nombreux tracés de rando ;
  • achat d’un pass 3 jours pour le Parc National.

Nous avons été contrôlés le 2ème jour et en fait nous n’avions pas besoin du pass pour l’itinéraire du 3ème jour mais c’est très mal expliqué sur le site internet et une partie est en italien autant dire que ce fût compliqué pour une bilingue espagnol haha !

Donc pour info, il faut payer pour «randonner» sur certaines portions ! Pas top mais ça permet de réguler le trafic, et donc de ne pas croiser trop de monde.

Bref, nous avons continué sur le chemin 571 pour rejoindre le chemin 591.

Nous avons effectué une aller-retour jusqu’à San’t Antonio, magnifique vue sur tout le long de la côte que nous allions emprunter.

Nous étions surpris car nous étions quasiment seuls sur la 1ère partie de la rando.

Ensuite, une succession de marches, en descente (nous ne le savions pas encore mais ce n’était que le début haha) pour atteindre le 1er village : Monterosso al Mare.

Pas le plus typique des villages, c’est plus une station balnéaire avec un max de monde.

Une petite glace et hop, c’était reparti ! Enfin, compte-tenu du temps que je mets à manger une glace (j’attends qu’elle fonde…) je l’ai terminée sur le chemin !

Nous avons repris le chemin 591, principalement en longeant la mer avec des parties escaliers, passages dans les vignes, les terrasses, vraiment superbe avec la belle lumière de fin de journée.

Il faisait toujours bien chaud et un peu plus de monde que sur la première portion.

Nous avons mis peu de temps pour rejoindre le 1er village Vernazza : environ 1h30 avec les pauses photos mais il n’y en a pas eu beaucoup…

L’arrivée sur Vernazza est magique, c’est un émerveillement !

Évidemment, des escaliers pour descendre au village… les mots «marches» et «escaliers» vont être vraiment utilisés dans cet article !

Les Italiens doivent beaucoup aimer les escaliers et les habitants des villages ont certainement des fessiers de folie ! Moi aussi du coup haha…

Nous sommes arrivés relativement tôt et nous avons pu nous poser et sortir faire un tour dans Vernazza, sans les sacs…

Des petites ruelles trop trop mignonnes ! J’ai une passion totale pour les ruelles mais cette fois, j’ai mis un frein sur les photos car, après, je me retrouve avec 10 000 photos de rues et de maisons, pas vraiment utiles !

Encore des escaliers mais c’est la base surtout qu’on a grimpé jusqu’au château fermé… pour finir dans un petit restaurant super bon.

Ce fût une nuit compliquée car notre logement était situé à côté de la voie ferrée… le train circule jusqu’à 1h du matin et reprend à 6h (oui oui je connais les horaires, ça laisse imaginer ma nuit…)

Jour 2 – de Vernazza à Riomaggiore (en passant par Corniglia et Manarola) – 17 km/1000 m D+

Petite péripétie du matin après avoir pris le petit dej sur la place du village… et encore une fois à cause de photos (il semblerait que ce soit récurent haha).

J’ai voulu prendre des photos au bout de la jetée et, comme le matin je ne suis pas bien réveillée et surtout sans mes lentilles... en enlevant le protège appareil photos, il est tombé dans l’eau donc j’ai dû plonger… mais j’ai d’abord pris mes photos, on voit mes priorités !

Du coup, je me suis retrouvée en body (heureusement qu’il fait maillot) à sauter dans l’eau de bon matin puis à traverser le village à moitié à poil, il n’y avait pas encore trop de monde… Faut pas avoir honte avec moi !!

Ceci étant, il était temps de partir. Quoi de mieux pour commencer la journée (mis à part un petit plouf…) que des escaliers ??

Départ de l’autre côté du village et, cette fois, nous avons montré le pass.

A 10h30, il faisait déjà une chaleur de folie et il y avait grave du monde à monter les marches (oui c’est à la mode, à défaut d’être invitée au Festival de Cannes qui se déroulait à la même période).

Vue incroyable sur le village.

Il y avait tellement de monde, les gens n’avançaient pas, nous étions coincés par un groupe et sur ce chemin très étroit, nous avons dû prendre notre mal en patience pour doubler…

La partie entre Vernazza et Corniglia s’est faite rapidement, avec de très beaux passages face à la mer.

Très belle arrivée sur Corniglia, village à flanc de falaise, vraiment superbe.

Nous nous sommes baladés dans les charmantes ruelles. C’est le village préféré de Guilhem, pas le mien mais tous les goûts sont dans la nature…

Nous avons mangé une glace sur la place de l’église (style rococo à l’intérieur contrairement à d’autres visitées qui sont baroques). Il était 12h30 mais je n’avais pas très faim, je n’ai même pas fini la glace. La chaleur me fait souvent cet effet. J’ai juste mangé quelques gâteaux.

Hop, c’était reparti pour la partie Corniglia-Manarola. Il existe une chemin plat qui longe la mer mais il est fermé depuis des années, suite à un effondrement. Donc par où sommes-nous passés ? Par les hauteurs évidemment…

Une belle montée progressive et cette fois sans escaliers (un miracle qui ne se reproduira pas !).

On dégoulinait de transpiration tellement il faisait chaud (autour de 30 degrés).

C’était quand même plus agréable que la partie du matin car il y avait peu de monde.

Franchement c’était magique, avec une succession de terrasses de vignes, comme des rizières, et tout cela vue mer.

A un moment, pause pour déguster un verre de vin, dans les vignes, vraiment super sympa cette petite halte. Par contre, le cagnard plus le vin… on a eu du mal à repartir et surtout on a eu un gros coup de chaud… je rêvais d’un bon plongeon dans la mer… C’est d’ailleurs ce qu’on a fait en arrivant à Manarola.

Avant ce bon moment, passage par le petit village très mignon de Volastra auquel on accède par 500 marches, en partant de Manarola. Je n’ai pas compté mais en descente, je peux vous assurer que c’était long !!

L’arrivée sur le village de Manarola est magique : un peu comme un cirque en terrasse avec le village au milieu.

Puis baignade dans un endroit magnifique si on fait abstraction du monde. Guitou a même fait un petit saut !

Mais il a fallu repartir, en remontant tout le village car la Via del Amor qui longe la mer est aussi fermée sur cette partie.

Autant dire, qu’en 2 minutes, les bienfaits de la baignade se sont estompés, mes cheveux étaient déjà secs et nous transpirions à fond !

Evidemment des marches !!! Certaines faisaient même ma taille !!!

On a quand même vite monté, comme d’habitude beaucoup plus vite que les panneaux d’indication…

Très belle vue, par ce versant, du village de Manarola.

Après avoir monté 100 000 marches (exagération : aucune) il a fallu en descendre par l’autre versant…

Notre avis en arrivant sur Riomaggiore : « un peu déçus c’est moins beau que les autres villages« .

Finalement, après avoir pris un tunnel, découvert notre logement (loin du train), waw quelle belle surprise d’apercevoir ce magnifique petit village caché (mais clairement pas secret !

Petit plongeon dans le port, mérité après cette journée bien chaude…

Et là, j’ai encore plus aimé : tellement charmant car vue de l’eau on aperçoit les «montagnes» environnantes en terrasse.

Définitivement mon village préféré, plein de mystère, on ne s’attendait pas, en arrivant, à découvrir un si joli village de pêcheurs.

Dans l’eau, j’ai discuté avec des français et quand je leur ai raconté notre rando, ils nous ont pris pour des fous, avec cette chaleur. Moi, je trouvais cela normal !

Petite soirée très agréable : verre de proscecco sur notre balcon, vue mer/village puis pizzas sur les rochers, face au coucher de soleil.

De quoi s’endormir avec de belles images dans la tête…

Jour 3 – de Riomaggiore à Porto Venere – 16 km 800 m D+

Comment bien débuter la journée ? Oui je fais la même blague que la veille.

Par des escaliers !!!

Et là vraiment il y en a eu énormément… pour dire, en 45 minutes, nous sommes passés du niveau 0 à 500 m d’altitude rien qu’en escaliers !

Vue sublime sur Riomaggiore de ce côté.

A un moment j’ai vu un cimetière (j’adore les cimetières) : «on y va ?» «oui, s’il n’y a pas 100 000 marches» «ok on n’y va pas» et on a continué sur notre chemin de marches, sans en rajouter…

Je vous dis, j’ai fait mon quota de marches pour au moins 1 mois (bon ok peut-être pas !)

A Nostra Signora de Montenegro : une église superbe.

La partie jusqu’au col del Telegrafo est moyennement intéressante, un peu en forêt, au moins on avait moins chaud.

A San Antonio (oui encore une église) petit verre ice-tea bien frais.

De là nous avons pris une bifurcation (chemin 504) pour nous rallonger un peu et être plus proche de la mer.

Quoi de mieux que… des marches ? Des toutes petites bien casse-gueules en descente.

Petite forêt bien verdoyante, vraiment top, en plus nous étions seuls !

Nous avons décidé d’éviter Monesteroli, merci mais faire 10 000 marches aller/retour non merci.

Sur les hauteurs, nous avons pu l’admirer, très joli village, avec un grand rocher sur la pointe.

Toujours très beau sur les terrasses de vignes, pour atteindre finalement Campliglia, un petit village sur les hauteurs, très mignon, où nous avons déjeuné.

Déjeuner dans un petit resto qui ne payait pas de mine mais délicieux, ce qui nous a permis de recharger les batteries pour la dernière partie.

Dernière partie sous la chaleur, pas d’escaliers en descente mais un chemin bien caillouteux et un paysage complètement différent peuplé d’énormes falaises.

Nous avons bifurqué sur un mauvais chemin et nous avons tout remonté jusqu’à un fort militaire (moyennement intéressant) pour finir par une belle descente bien raide et glissante qui a occasionné une petite chute…

Je fais très attention en descente depuis mon entorse de l’année dernière. Déjà que j’étais lente en descente alors là c’est carrément une tortue, Guilhem se demande ce que je fais !!

L’arrivée sur Portovenere magique : château, église, la pointe, la belle côte…

Vraiment un superbe périple qui s’achevait… très contents de l’avoir fait en rando, d’avoir pu découvrir d’authentiques villages sur les hauteurs et surtout d’avoir galéré dans les marches haha !!!

Nous sommes arrivés de bonne heure, nous avons pu nous poser à l’hôtel et découvrir Portovenere, charmés par la beauté du site.

Baignade bien méritée au niveau de la Grotte di Byron, superbe !

Comme nous n’en avions pas assez des marches… encore quelques petites marches pour accéder à l’église et surtout apprécier cette douceur de vivre, le coucher du soleil sur le paysage environnant sublime.

Nous pouvions admirer tout le chemin parcouru depuis le début et c’était pas mal…

Excellent resto le soir au clair de lune et au bord de mer, à profiter de cette dernière belle soirée.

Jour 4 – le retour

Après un bon petit dej sur une petite place (merci à notre hôte), dernière balade dans le village.

Notamment en montant une dernière fois les marches avec nos gros sacs, jusqu’à l’église (oui, il y en a deux dans ce mini-village).

De jolis petits nuages nous entouraient et, bizarrement, nous avions perdu 10 degrés !

A 20 degrés, il faisait presque froid, je deviens sudiste pour dire cela !

Retour en bateau puis une partie en train. C’était fou car en même pas 2h nous étions à Levanto, alors que nous avions mis 2 jours et demi en marchant.

Magnifique en bateau, nous réalisions le chemin parcouru.

En train, franchement c’était vraiment inutile, car mis à part l’arrivée sur un village, c’est un tunnel. Du coup, on ne voit vraiment rien. Je trouve cela dommage, cela perd de son charme car ce qui est vraiment magnifique c’est l’arrivée par les hauteurs sur les villages.

Superbe séjour en amoureux. La dolce vita c’est juste waw…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s