Deux jours dans le parc national de Sciliar – Catinaccio, Dolomites, Italie

Pour cette randonnée nous comptions dormir à un refuge, sauf qu’en s’y prenant la veille de partir en vacances (toujours un peu au dernier moment), le refuge était complet. D’où le sac tout petit de mon copain comme il avait déjà préparé son sac en mode léger (vous allez voir en mode très léger). Heureusement juste avant de partir j’ai pris la tente etc…

Jour 1 de Spietbuhl au lac d’Antermoa : 1500m D+ / 600m d-

Départ du parking de Spietzbuhl, où nous avons pris un télésiège ! Soit dit en passant nous aurions mieux fait de monter à pied vu l’allure d’escargot du télésiège !!

Notre rando débutait donc de là, sous un soleil de folie (il était déjà 10h30), face à des pitons vertigineux. Franchement incroyable et on s’est dit qu’on allait vraiment en prendre plein les yeux. 

Passage par des plaines verdoyantes, hum il doit pas mal pleuvoir !! Heureusement pour nous, nous n’avons pas eu une seule goutte de pluie de tout notre séjour dans les Dolomites.

Début de la montée, d’abord un peu en forêt, puis en plein soleil. Je dois dire que c’était très très beau mais c’était l’autoroute ! Ça faisait très longtemps que je n’avais pas vu autant de monde, trop l’habitude d’être seule en montagne ! À vrai dire c’est un endroit encore facile d’accès car il y a juste une plaine et une montée afin d’aller au refuge de Bolzano. 

Nous avons bifurqué avant d’arriver au refuge et quel bonheur, d’un coup, plus personne ! Juste des vaches et nous ! D’ailleurs il y en avait beaucoup. Tout comme des chevaux ! Par contre moi je ne m’en approche pas !! J’ai une légère (très légère) appréhension à l’égard des animaux en montagnes !!

Du coup nous continuions de monter, c’était magique, les pics rocheux s’offraient à nous. 

Franchement je n’avais jamais vu de spectacle aussi beau !!

Ensuite à 2600m, à l’embranchement, nous avons décidé de prendre les crêtes « maximiliansteig » pour rejoindre le refuge de Alpe Di Tires ! La panneau indiquait 1h par le bas et 2h par les crêtes, nous nous sommes demandés pourquoi une telle différence ?

J’ai vite compris ensuite !

Nous avons continué de monter. C’était de plus en plus beau. Il commençait à avoir des nuages sur les montagnes et parfois ça se dégageait, ce qui rendait encore plus beau  (oui j’aime les nuages haha) ! Nous étions encore plus seuls qu’avant.

Vient le moment à la fois fabuleux  et moins drôle ! Alors j’avoue que c’était superbe mais quand j’ai vu ce qu’il y avait à descendre mais surtout comment il fallait descendre, j’ai un peu moins trouvé cela beau !!

En gros les gens qui montaient étaient harnachés avec baudriers car il y avait des parois le long de la roche… nous il fallait descendre sans rien !

Franchement j’ai eu bien peur… surtout avec mon gros sac. En descente j’ai l’impression que je vais être entraînée vers le bas, vu que mon sac est à peine plus lourd que moi hahah

A un moment, Guilhem a pris mon sac car je n’étais pas rassurée et c’est passé super facilement. Petit aparté, en portant mon sac, il s’est rendu compte que le sien était beaucoup plus léger que le mien (ah bon je ne m’en doutais pas hahah) (après il m’avait proposé avant de débuter la rando de prendre mon sac mais j’ai dit non je ne voulais pas le dérégler).

Au final je suis contente d’y être allée et d’avoir surmonté un peu ma peur du vide en escalade mais je sais que ce n’était pas la meilleure idée de passer par les crêtes, sachant également que j’avais encore ma cheville bien fragile.. 

En tout cas heureusement que nous étions deux et qu’il m’a fait des câlins…

Bref je n’étais pas au bout de mes peines. Un pierrier nous attendait… au moins je voyais le refuge au loin. Un pierrier ce n’est pas trop compliqué surtout que j’avais mes bâtons. C’est surtout que je ne voulais pas que ma cheville se torde de nouveau et dans ce genre de descente c’était clairement le risque !

Bon nous avons finalement retrouvé le vrai chemin et ma cheville m’a remerciée !! Au final ce n’était pas la seule descente compliquée qu’elle allait subir de la journée, mais elle ne le savait pas encore hahah 

Arrivés au refuge Alpe Di Tires (2400m) un peu avant 15h (oui nous avions vraiment mis deux heures pour faire les crêtes !), où nous avons déjeuné (ou goûter vu l’heure !). Super bon. D’ailleurs le refuge est superbe (par contre beaucoup de monde car il est accessible facilement par un autre versant ) !!! 

Surtout j’ai visité les toilettes !! Un truc incroyable, des toilettes de luxe !!! Jamais vu des toilettes comme ça dans un refuge ! 

Vers 16h nous avons repris notre chemin. Les nuages commençaient à bien être présents sur les sommets. Parfois même complètement sur nous, et hop d’un coup ça se dégageait. 

Nous avons atteint le pas de Molignon (2600m) assez rapidement.

Surprise, un cirque incroyable, avec une descente abrupte et des cailloux de partout ! Nous pensions planter la tente dans un endroit environnant. Qu’on se le dise c’était raté ! Impossible de planter une tente là dedans !

Encore une bonne et belle descente au grand bonheur de ma cheville. En tout cas c’était juste magique. Nous n’avions jamais vu quelque chose de tel dans notre vie. C’était surréaliste. En plus avec les nuages il y avait vraiment une ambiance mystique…

Du coup en bas du cirque il a fallu remonter sur le versant opposé. Passages de névés. Toujours aussi dingue.

La montée était tout aussi abrupte !

Vers 18h nous sommes arrivés au refuge Passo Principe (2600m), celui où nous voulions dormir à la base !! Sauf que j’ai du me trimbaler la tente (et le gros sac !!)

Refuge construit dans la roche, comme s’ils se confondaient. Donc très beau ! Encore une fois on était sans voix face à la beauté du paysage. Des pics ouf !! 

Comme toujours pas d’endroit où poser la tente en vue (que des pierres et toujours pentu), nous avons continué notre chemin. Nous avions quand même l’idée de dormir au lac, comme vu sur la carte !

Encore une montée pour arriver au Pas d’Antermoa (2770m).

Enfin une descente ! Pour bien terminer la journée ! Un chemin de caillasse avec quelques passages de névés ! Superbe !

Par contre pas de belles prairies à l’horizon hahah !! On avait quand même repéré quelques coins herbeux. 

Nous avons continué jusqu’au lac d’Antermoia. Tellement beau !!!!! Avec de la neige autour !

On a fait quelques photos du soir ! 

Au final on est revenu sur nos pas car pas d’endroit autour du lac pour planter la tente d’autant plus que c’était humide et il faisait bien froid (l’eau du lac aussi d’ailleurs et à 19h j’allais pas me baigner )

Spot on va dire parfait en plein milieu de nulle part et entouré des montagnes ! A cette heure il n’y avait plus de soleil donc après avoir monté la tente : la douche (à base de nos gourdes) a été revigorante ! On était à poil, et c’est sur qu’on risquait pas de se faire surprendre, mis à part par les animaux ! Guilhem m’a dit qu’il n’avait jamais fait cela ! Moi j’adore c’est l’aventure et même si ce n’est pas une vraie douche on a l’impression d’être propre !

Par contre après on ne peut pas dire qu’on a eu chaud, c’est le moins qu’on puisse dire ! Du coup on a mangé nos sandwiches dans la tente ! Mine de rien nous étions à 2500m donc il fait vite froid !

Nos sandwiches étaient trop bons !

Cookie en dessert idem ! Niveau nourriture vous remarquerez qu’on était vraiment à l’arrache ! Après c’était juste deux jours donc ça va !

Juste avant de se coucher j’ai entendu du bruit et en ouvrant la tente j’ai aperçu des isards (ou des chamois) dans la pénombre. Moment magique ! Bon évidemment ils sont partis vite ! 

Ensuite un gros dodo !

J’avoue que je me suis réveillée dans la nuit à cause du froid car c’était bien humide. Puis vite rendormie !

En tout 10h de sommeil, c’est fou comme en vacances on a besoin de dormir !!

Jour 2 : lac d’antermoa (2500m) à Spietbuhl (1700m)

 Réveil vers 8h. En ouvrant la tente, magique. Soleil, les pics, vue de folie, juste nous. Franchement quel kiff d’être dans un endroit aussi fabuleux ! Oui j’utilise beaucoup de mots un peu forts mais vraiment il faut le vivre pour voir que ce que je dis c’est la vérité !

Rangement, puis petit déjeuner ! Grand luxe, des cookies et biscuits, ça nous changeait de nos hôtels 4 étoiles et les petits déjeuners incroyables ! En vrai, j’adore tout autant, dormir dans une tente, c’est un luxe 5 étoiles et manger en pleine nature en écoutant les bruits des animaux ça vaut tous les petits déjeuners de luxe (ok c’est cool le nutella hahah)

Départ un peu après 9h. Retour au niveau du lac de la veille. Toujours aussi beau !!

Ensuite on a pris un cappuccino au refuge du même nom du lac (refuge d’antermoa), qui est magnifique ! Ça change des vieux refuges en France franchement !!

Vrai départ après 10h (oui on a traîné, peut être à cause de prise de photos oups !)

Les pics aussi incroyables ! Impossible de s’en lasser !

Arrivés au niveau du Pas de Dona l’autoroute a repris ! C’est fou car nous n’avions croisé quasiment personne depuis la veille au niveau du refuge Alpe di tires et la bim un max de monde ! Mais d’où venaient ces gens ? D’une vallée assez accessible !

Bref nous avons entamé notre descente, assez abrupte et caillouteuse.

A un embranchement, c’est bon de nouveau plus personne. Nous nous retrouvions en forêt verdoyante avec plein de petites fleurs. C’est la qu’on a vu qu’on avait vraiment bien redescendu.

Nous arrivions à 1900m dans une vallée avec quelques chalets et de magnifiques chevaux

Du coup il a bien fallu remonter !! Montée assez facile sur une piste, où il y a de nombreux vtt ! Il faisait bien chaud !

Trop drôle car nous sommes arrivés au refuge Alpe Di Tires en 1h30 du Pas de Doña, alors qu’un panneau indiquait 2h30 ! Parfois il ne faut vraiment pas s’y fier.

Il était l’heure de déjeuner alors ça tombait bien pour le refuge. Repas trop bon polenta surmontée par un gros fromage fondant miam ! 

On a rencontré des français (les premiers, car autant à Côme il n’y avait que ça autant dans les dolomites pas du tout !) super sympas avec qui nous avons bien discuté !

A 13h C’était reparti !! Nous sommes descendus par un autre chemin direction la vallée de compatsh.

Il a fallu bien redescendre car nous étions à 2400m.

Toujours aussi beau ! La descente me faisait un peu mal à la cheville alors j’ai été lentement.

Passage de petits ruisseaux puis traversée de grandes plaintes. Avec notamment mes amies les vaches hahah (un mini détour pour les éviter puisqu’elles étaient en plein chemin !! Cf mes aventures avec les vaches notamment récemment dans les Pyrénées!)

En haut du télésiège de compash évidemment beaucoup beaucoup de monde !

Surtout qu’il y a une route pour y accéder. 

Nous sommes donc descendus par la route. Puis par un chemin pour rejoindre le parking où nous étions garés. 

Voilà pour ces deux jours incroyables, de paysages jamais vus auparavant Je suis tombée amoureuse de cette région ! Un mot : sublime ! 

Une réflexion sur “Deux jours dans le parc national de Sciliar – Catinaccio, Dolomites, Italie

  1. Ping : Un périple italianno ! – Gobynette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s